Au cœur de la Havane, sur les murs moisis du Campo Amor, défile l’histoire de Pistelli, qui venu de Perpignan, débarque à La Havane en 1898 avec pour seul bagage une caméra Pathé. Hélas, un Lyonnais Gabriel Veyre est arrivé un an plus tôt avec une caméra Lumière et le tout nouveau cinématographe est déjà connu. Sans ressources, il devient rabatteur de bordel.
Mais la concurrence est rude dans la capitale mondiale du pêché et de la luxure. Et pour aguicher le client, il a l’idée de filmer des saynètes licencieuses avec les prostituées.
Le succès est tel que ses films s’exportent dans les bordels d’Europe. Des têtes couronnées, de grandes maisons parisiennes, lui passent commande.
Pistelli rêve d’une salle grandiose, de films à grand spectacle et il inaugure en 1922, la salle le plus prestigieuse de Cuba : le Campo Amor.

Campo Amor of la Havana

In the ruins of Campo Amor, in Havana, the moldy walls reverberate the story of Pistelli.  
Pistelli came from France, landed in Cuba in 1898 with a camera and a Pathe projector. Not being the first one, he couldn’t get his business off the ground.  Running out of money, he ended up landing a job of pander… in a brothel. That’s where an idea came to him:  shoot scenes featuring prostitutes to drum up business.  
He was the first directing this new genre of movies, that he called “gallant”.
Success struck immediately. He opened up a studio. His films got worldwide attention, and even had kings as clients.
In 1922, he opened up the movie theater he dreamt about all along: the Campo Amor.



Écriture & Réalisation / Writing & Directing: Joël Farges
Montage / Editing: Jérôme Prudent
Original Music: Béatrice Thiriet

Production : Olga Prud’homme Farges
En coproduction avec France 3 Occitanie
Avec la participation de Ciné+, Ceska Televize, ERT
Avec les soutiens du CNC, de la Procirep-Angoa
et de la Région Languedoc-Rousillon

Durée / duration: 52 minutes
Format: HD
Documentaire de création  / Creative documentary

© Kolam – 2017

Etoile de la SCAM 2018
Présentation à l’Institut Jean Vigo, 2018


PRESSE


Le Campo Amor de la Havane

Vous pourrez aussi aimer