Depuis longtemps, le crin est utilisé pour la fabrication de textile dont les grandes qualités sont beauté, brillance, délicatesse soyeuse et imputrescibilité. Aujourd’hui, le crin sert à l’élaboration de tissus d’ameublement d’exception. On le retrouve sur les fauteuils du Louvre, du Buckingam Palace, ou encore de la Maison Blanche. 

Depuis les steppes mongoles, où, au sortir  de l’hiver, les cavaliers nomades attrapent, au lasso, leurs chevaux semi-sauvages, jusqu’à la dernière manufacture de tissage main du crin de cheval située au coeur de la France, en passant par la Chine où le crin est lavé, traité, trié et natté, ce film nous emmène en voyage sur la route du crin. 

Au-delà des considérations économiques inhérentes au commerce mondial du crin, ce film est une ballade poétique qui retrace les étapes d’un savoir faire et d’un art peu connu.

The Horsehair Route 

Horsehair has been used for ages in textile production The best furnishing fabrics requires horsehair for its beauty, its brightness, its softness, and also for its resistance. Today, very few businesses, such as Hermès, provide horsehair made fabrics. 

From Mongolian nomads, catching their semi wild horses with a lasso, to the last hand weaver manufacturer found in the middle of France, through China, where the horsehair is treated, this film takes us along with the horsehair route. 

On this horsehair road, beside economical thoughts, one finds poetical happenings as well. If this film questions, indeed, today’s world economy and development, it is also a film that shows an art.


Réalisation / Directed by: Joël Farges 
Scénario / Script: Jean-Louis Gouraud
Camera : Jean-Jacques Mréjen
Montage / Editing: Isabelle Manquillet

Production : Olga Prud’homme Farges
Durée / Duration: 25 minutes
Format : 16/9
Avec le soutien du C.N.C / With the support of C.N.C
Documentaire de création / Creative documentary


© Kolam – 2007

La route du crin

Vous pourrez aussi aimer